Voeu d'une équipe municipale qui avait ce projet sur son programme, le jumelage de Melgven commença le 16 novembre 2001 par la recherche d'un partenaire.Un questionnaire fut distribué à toute la population via le bulletin de la commune pour entendre les volontés des habitants.La destination la plus demandée était une cité française de montagne, plutôt les Pyrénées. Un groupe s'est aussitôt formé pour étudier les possibilités de correspondances.Aprè de nombreux échanges de courriers entre les instances nationales : Association des maires de France, Fédération nationale des villes françaises, les cités unies , les conseils généraux, nous n'avons reçu qu'une réponse constructive du Conseil Général d'Ariège qui nous adressait la liste des villes plus ou moins similaires à Melgven et nous précisait que l'on devait rechercher des contacts directs avec les différentes mairies.

Nous avons donc écrit à toutes les villes d'Ariège proposées sur la liste ainsi que d'autres pressenties satisfaisantes pour l'établissement de relations.Trois retours positifs nous sont parvenus : Mazéres , Montesquieu Volvestre et Laroque d'Olmes.Une délégation se déplaça pour visiter les trois communes et Laroque d'Olmes fut choisie pour sa situation géographique ; elle était la plus proche de la montagne mais surtout pour sa motivation à vouloir se jumeler avec notre cité.

De retour à Melgven, un représentant d'un groupe musical sénégalais nous demandait un jumelage avec sa communauté rurale.Les réponses au questionnaire avaient montré qu'un bon nombre désirait des échanges avec l'Afrique. Les personnes furent contactées et enchantées que l'on puisse satisfaire leur demande.

L'année 2003 vit donc la création d'un jumelage tourné vers deux horizons.